« La colère de la relève » 

Manu se jette sur l’assaillant avec l’envie de le tuer. Il commence à lui décocher des coups de poings rageurs et désordonnés sur le visage et dans le ventre. L’autre s’effondre, Manu s’assied sur le corps immobile et fixe le visage tuméfié aux yeux vides.

La Première Ligne - 7 personnages, 1 commissariat, 20 ans de vie de flic.

MANU – (« le p’tit gardien »)

35 ans.
Brigadier à la CSI-75 (Paris) – unité au cœur du dispositif lors des manifestations des Gilets Jaunes.
Habite à Charenton le Pont.
Fils unique.

Enfance dans le sud de la France  : un père vietnamien rigide, déraciné et travailleur manuel acharné. Une mère française, romantique et prévenante. C’est un enfant chétif, solitaire et craintif. A l’âge de 10 ans, son père lui enseigne la boxe et la dureté du monde. A l’adolescence, son père quitte le foyer. Il en garde une blessure secrète. Sanguin, séducteur, très sportif. Passionné par son métier, il est flic par idéal et par goût de la confrontation. Être au cœur de l’action. Depuis les attentats de 2015, il rêve de rentrer à la DCRI.
Marié à Mathilde, infirmière aux urgences de l’hôpital Henri Mondor de Créteil. Refrène son attirance sexuelle et sentimentale pour Marie. La disparition de Marie est un bouleversement. La retrouver devient son obsession, quitte à mettre son couple et son métier en péril.

« Il me restait un an quand il a été affecté dans ma brigade. Nous venions de la même région, j’ai donc eu envie de lui transmettre quelques trucs, le prévenir de ne pas être trop idéaliste. Aujourd’hui le métier a dû l’endurcir un peu plus »

(Alexandre, à propos de Manu, 2015)

La première fois, en 2013, je n’imagine pas encore que ce trentenaire souriant, charmeur, guitariste, amateur de jazz manouche, sera un de mes principaux témoins au cœur de cette effroyable année 2015. Je vois d’abord sa jeunesse, son humour.  Au fil des rencontres, je distingue un boxeur déterminé, prêt à l’action, parfois très en colère contre les medias et le politique. Manu est un flic du bitume parisien où tout peut arriver en quelques secondes, où quotidiennement des dizaines de regards se portent sur son uniforme, scrutent ses actions. Personne ne peut savoir qu’il sera un jour sur la première ligne.

YANN

Soutenir la première ligne

Découvrez comment soutenir le projetachieve your fitness goals

SOUTENIR LE PROJET